DERNIERE MISE EN LIGNE

MONTEE INSPIRANTE
L’escalier de l’ancienne salle de Justice de Paix
Imprimer -

L’escalier monumental de l’immeuble construit en 1933 pour la nouvelle bibliothèque et salle de Justice de Paix qui abrite désormais le tiers-lieu artisanal la Tréso tient une place de choix dans la structure du bâtiment qui à l’origine ne possédait pas d’ascenseur . Ce grand escalier situé entre le hall d’accès à la bibliothèque municipale au rez-de-chaussée et la salle de Justice de Paix au 1er étage, a été particulièrement soigné par l’architecte Armand Guérard lors de la construction. Il lui a donné un rôle central dans la circulation et la distribution des espaces.

La restauration du bâtiment en 2020 a redonné sa superbe à cet escalier dont la forme et le décor rappellent le style Art-Déco.

L’escalier qui démarre au sous-sol se compose de quatre montées droites avec deux paliers de repos intermédiaires. Il s’agit d’un type d’escalier tournant à retours sans jour. Les marches sont en pierre calcaire de Comblanchien de Bourgogne. Il s’agit d’un calcaire très pur issu des strates géologiques qui datent de plus d’un million d’années. Ses caractéristiques sont semblables au marbre avec une belle couleur beige parsemée de teintes rosées et rougeâtres d’un bel effet.

Cette pierre de luxe voulue par l’architecte pour ce lieu d’étude et de conciliation était surtout employée depuis la deuxième partie du 19ème siècle en décoration architecturale, à l’Opéra de Paris par exemple.

La qualité des pierres et l’élégance des ferronneries subliment la montée vers la grande salle du bâtiment dédiée à la Justice de Paix. Les sols des différents paliers sont recouverts par la même mosaïque colorée qui orne l’entrée principale commune aux deux services.

Des ferronneries pour décor

Les ferronneries de l’escalier sont également un dispositif structurel et un élément constitutif du décor. Dans le hall d’entrée l’accès à l’escalier est fermé par une superbe grille en fer forgé à deux battants. Ainsi, la bibliothèque et la salle de Justice de Paix pouvaient fonctionner indépendamment l’une de l’autre. Cette grille de séparation mêle décor à fer plat et volutes caractéristiques de l’Art Déco.

La symétrie de l’ensemble du décor sur le garde-corps rampant s’impose à l’oeil et produit un bel effet. Sobre mais répétitive la décoration est formée par des pièces épurées en fer plat aux motifs géométriques linéaires qui sont autant de repères techniques caractéristiques de l’époque de réalisation. La main courante d’une grande longueur en aluminium blanc est fixée sur un carré en acier.

Posé sur limon en béton du sous-sol jusqu’à l’étage, le garde-corps se termine face à l’entrée de la salle de Justice de Paix par une balustrade horizontale qui comprend en son centre un motif décoratif : un M, comme Malakoff !

La cage d’escalier restée « dans son jus » représente une montée inspirante vers l’ancienne salle de Justice de Paix qui accueille désormais des artistes et artisans en résidence.


Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter