DERNIERE MISE EN LIGNE

PATRIMOINE D’ILE-DE-FRANCE
La gare-pont Vanves-Malakoff labélisée "Patrimoine d’Intérêt Régional"
Imprimer -

Dans sa promotion 2021, la Commission permanente du Conseil régional d’Ile-de-France a donné à la gare-pont Vanves-Malakoff le label « Patrimoine d’intérêt régional ». Construite en 1934 elle est implantée sur Vanves mais a la particularité d’avoir une entrée spécifique sur chaque commune.

Cette gare en brique rouge est assurément une originale construction pour l’époque. Elle a été depuis modernisée (électrifiée en 1937) et adaptée aux nouvelles exigences des transports publics qui en ont modifié certains aspects d’origine. 

C’est le 10 septembre 1840 que fut inaugurée par la reine Marie-Amélie de Bourbon, épouse du duc d’Orléans, la voie de chemin de fer Paris rive gauche-Versailles, la seconde ligne pour les parisiens à cette époque. Cette inauguration marquait la fin d’un important chantier démarré en 1837 et qui s’était traduit par un imposant remblai coupant le nouveau quartier Malakoff de la partie proche du bourg de Vanves. On passait d’un côté à l’autre sous deux ponts et un passage à niveau.

La première station de Vanves est inaugurée en 1883, quarante-trois après la création de la ligne Paris-Versailles (rive droite). La construction d’une nouvelle gare par l’Administration des chemins de fer de l’Etat (dirigée depuis 1928 par Raoul Dautry) s’inscrit dans le plan d’extension de la région parisienne et dans le plan d’aménagement et d’embellissement de Vanves, établi en 1930. La ligne, électrifiée, doit également faire face à l’accroissement du trafic.

Cette construction intervient au moment où les Compagnies commencent à faire davantage appel aux architectes modernes pour construire les nouvelles gares de banlieue.

Le nouvel équipement est construit par les établissements G. Vinant (Issy-les-Moulineaux), sur les plans de l’architecte Jean Philippot (1901-1988), à qui l’on doit également les gares de Meudon-Rive-Gauche (1935-1936), de Deauville-Trouville (1930-1931, inscrite MH en 2010) et de Creil (1955). Il est par ailleurs le beau-fils de Raoul Dautry, partisan de la modernisation du réseau et promoteur du modernisme architectural.

À sa mise en service, en 1934, la gare de Vanves-Malakoff est présentée comme l’un des manifestes d’une nouvelle esthétique et figure parmi les modèles d’une architecture résolument moderne des gares.

De type « pont-gare » - afin de supprimer un passage à niveau ayant causé plusieurs accidents mortels -, elle est réalisée selon un plan en « L » composée d’une aile sous les voies, et d’une autre, longeant le talus (haut de 5 mètres) côté Vanves. Sa structure est en béton armé. Les façades extérieures présentent des briques de Montchanin posées debout. Par les formes et matériaux utilisés, son esthétique moderne et fonctionnelle rappelle autant l’architecture civile que l’architecture industrielle de l’époque, empruntant au cubisme et défendant une nouvelle esthétique « Paquebot ».

La gare a conservé son intégrité architecturale, à l’exception du comblement des baies vitrées donnant sous le pont, qui pourraient faire prochainement l’objet d’une restitution. Outre les structures et matériaux déjà cités, elle a conservé de nombreux éléments authentiques tels que le seuil de l’entrée principale, les sols carrelés et leurs motifs triangulaires noir et blanc à l’intérieur du hall, et les abris de quais en béton, portant le nom de la gare. Seules les briques vernissées des quais et le carrelage d’origine des murs intérieurs ont disparu.

Merci à la municipalité de Vanves d’avoir mené à bien la demande de labélisation de ce beau bâtiment commun Vanves-Malakoff.

En 2019, la Direction des Affaires Culturelles d’Ile-de-France (DRAC) avait déjà décerné à la gare Vanves-Malakoff le label "Architecture contemporaine remarquable".

Lire notre fiche sur l’histoire de la construction de la gare-pont.


Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter