DERNIERE MISE EN LIGNE

DEPORTATION
Pose des premiers pavés de la mémoire
Imprimer -

Les premiers pavés de la mémoire des déportés, les Stolpersteine » ont été posés le 12 novembre sur le trottoir devant le 14 rue Hoche à Malakoff pour honorer la mémoire de deux ouvriers de Malakoff morts en déportation : Louis Girard et Eugène Avaulée. D’autres pavés devraient être posés les années à venir lors de la Journée nationale du souvenir de la déportation le dernier dimanche d’avril.

Depuis plusieurs années existe un échange franco-allemand entre les jeunes du Lycée Louis Girard à Malakoff et la filière mécanique du lycée professionnel de Wuppertal ville allemande du Land de Rhénanie du Nord Westphalie.

Les lycéens avec les équipes éducatives de leurs établissement travaillent et réfléchissent autour de la mémoire, de la paix, des grands conflits qui ont marqué le 20ème siècle, de la Résistance et de la déportation. L’idée de poser des pierres commémoratives « Les Stolpersteine » sur la voie publique de Malakoff à été proposée aux lycéens et à la municipalité de Malakoff.

Les Stolpersteine, pluriel du mot allemand Stolperstein et signifiant « pierres sur lesquelles on trébuche » sont une création de l’artiste berlinois Gunter Demnig qui depuis 1992 pose à travers l’Europe des pierres commémoratives en mémoire des victimes de l’ère nazie. Aujourd’hui, plus de 85 000 « pavés de la mémoire » sont posés en Allemagne ainsi que dans 25 autres pays Européens. En France, une vingtaine de villes ont posé ces pierres.

Ce sont des pavés de béton d’une dizaine de centimètres encastrés dans le trottoir devant le dernier domicile des victimes de la déportation. La face supérieure, affleurante, est recouverte d’une plaque en laiton qui honore la mémoire d’une personne déportée dans un camp de concentration ou dans un centre d’extermination parce qu’elle était Juive, Rom, communiste, Résistante, homosexuelle, handicapée, chrétienne en opposition au régime nazi..

Ces rappels mémoriels viennent compléter pour la plupart les plaques commémoratives qui existent déjà sur les façades des maisons et immeubles où habitaient des victimes de la barbarie nazie. On en recense une cinquantaine à Malakoff qui contribuent au devoir de mémoire.

Le 12 novembre 2021 à l’occasion de la présence de cinq jeunes allemands du lycée professionnel de Wuppertal les deux premiers pavés ont été posés devant le 14 rue Hoche à Malakoff en hommage à deux victimes du nazisme qui habitaient l’immeuble : Louis Girard (dont le Lycée porte le nom) déporté et mort à Auschwitz en 1942 et Eugène Avaulée, mort en déportation à Buchenwald en 1944 (1).

Dans son allocution madame Jocelyne Boyaval, Conseillère municipale déléguée à la Mémoire et aux Anciens Combattants a manifesté sa fierté de voir les jeunes générations s’approprier cette mémoire collective de la déportation « Pour la ville de Malakoff, a-t-elle déclaré, la transmission des histoires et des mémoires est un enjeu fondamental... avec comme horizon un monde de solidarité et d’amitié entre tous les peuples. Nous dévoilons la première pierre d’un projet qui nous aménera sur plusieurs années à honorer dans toute la ville la mémoire de femmes et d’hommes de Malakoff morts en déportation.... ».

La pose des « pavés de la mémoire » devrait être organisée chaque année à l’occasion de la Journée nationale du souvenir de la Déportation le dernier dimanche d’avril.

---------------

1)Louis Girard était jardinier municipal à Malakoff. Devenu secrétaire du Syndicat CGT des ouvriers communaux de Malakoff, il fut arrêté comme communiste en 1940, puis déporté en Allemagne dans le « convoi des 45 000 » où il mouru en 1942.

Eugène Avaulée était ouvrier ménuisier. Elu communiste au Conseil Municipal de Malakoff en 1935, il a été déchu de son mandat en 1940 par le gouvernement de Vichy, puis arrêté en 1941 et déporté. Il mourra à Buchenwald en 1944.


Malakoff patrimoine - Site internet participatif
>> Nous contacter